Le souffle de poésie dans le ciel de Mesmer


Le souffle de poésie dans le ciel de Mesmer

Gustav Mesmer, 1983. Photo: Franco Zehnder.

Written by Lucienne Peiry in Article Portrait

12 octobre 2017

Gustav Mesmer (1903-1994) donne corps dans la campagne du sud de l’Allemagne, à des inventions tout aussi délirantes. Il rêve d’être un homme-oiseau et construit des machines à voler utopiques. Icare de l’Art Brut, Mesmer s’adonne jour après jour à l’édification d’appareils étranges et incongrus. Ses engins sont le plus souvent fabriqués à partir d’une bicyclette qu’il dote d’une ou deux paires d’ailes faites à l’aide de branches souples de saule et de bâches ou de parapluies ouverts, qu’il place sur le devant ou à l’arrière de la machine. Tous les matériaux sont des objets récupérés dans des déchetteries, aux ordures ou auprès des paysans des fermes alentours. Il conçoit ingénieusement, par ailleurs, toutes sortes d’accessoires pour ses décollages, comme une cuirasse sur lesquels devaient se fixer des ailes ou encore d’extravagantes chaussures à ressort à enfiler afin de rebondir et de s’élancer dans les airs.

L’entreprise utopique de Mesmer est empreinte d’une infinie poésie et doit se lire comme une démarche philosophique et spirituelle.


RELATED POSTS