Le Visage dans l’Art Brut


Le Visage dans l’Art Brut

Ted Gordon, Collection de l'Art Brut

Written by Lucienne Peiry in Article Portrait

20 décembre 2014

Les visages qui apparaissent dans les travaux de Ted Gordon, de Madge Gill, d’Edmund Monsiel et d’Alexander Lobanov prolifèrent en nombre dans leur production. Ils semblent être – surtout dans l’œuvre de Lobanov – des autoportraits grâce auxquels les uns et les autres revendiquent une existence qui leur a été dérobée. Mais il est également possible de considérer cette inflation faciale comme le reflet des personnalités plurielles qui constituent chaque individu, ses faces cachées et enfouies, niées ou fantasmées, dont quelques signes apparaissent involontairement dans les rêves, les lapsus et les actes manqués mais aussi dans  les délires créatifs : ceux de Gordon, de Gill, de Monsiel et de Lobanov qui sentent qu’ils n’ont plus rien à perdre ni à gagner et qui, laissant libre cours à leur imagination, révèlent leurs « identités refoulées ».

Ces œuvres sont une démonstration troublante de la mobilité mentale et psychique dont est dotée l’être humain à sa naissance, avant même que des choix et des restrictions éducationnelles ne réduisent le spectre de ses capacités ; les auteurs d’Art Brut la retrouvent dans leur création autodidacte et libre, à l’écart, loin de la scène artistique établie et homologuée. Les facultés archaïques qu’ils parviennent à réveiller les conduisent à une exploration de territoires insoupçonnés, un nomadisme mental fécond, et à la création d’une odyssée intérieure silencieuse.

Ted Gordon, Collection de l'Art Brut

Ted Gordon, Collection de l'Art Brut

Ted Gordon, Collection de l'Art Brut

Ted Gordon, Collection de l’Art Brut


RELATED POSTS