Le testament gravé de Jeannot


Le testament gravé de Jeannot

Le Plancher de Jeannot présenté à la Collection de l’Art Brut à Lausanne, en 2004.

Written by Lucienne Peiry in Article Découverte

9 mai 2018

Le texte dénonce avec virulence l’Eglise, Hitler et le monde électronique, notamment. Composé en lettres capitales, il ne contient aucun signe de ponctuation et se présente comme un flux ininterrompu de paroles. La part protestataire des mots se fait ainsi d’autant plus véhémente. L’écriture devient aventureuse, dotée d’une grande force d’incantation et d’invocation.

L’énergie sauvage et poétique qui s’en dégage restitue à l’écriture sa puissance tout à la fois esthétique et dramatique. L’œuvre répond à une véritable nécessité intérieure, impérieuse, de l’expression.

La création de Jeannot (1939-1971), aujourd’hui présentée devant le Centre hospitalier Sainte-Anne, Psychiatrie et Neurosciences, à Paris, sera l’un des écrits dont il sera question dans le séminaire de Colin Pahlish où Lucienne Peiry est invitée.

14 mai 2018 à 17:00
Université de Lausanne, Anthropole, salle 5071.


RELATED POSTS