Annette Messager et l’Art Brut – Interview


Annette Messager et l’Art Brut – Interview

Annette Messager

Written by Lucienne Peiry in Article Portrait

4 mai 2016

Annette Messager découvre l’Art Brut à l’occasion de l’exposition du musée des Arts décoratifs en 1967. Lors de sa visite, elle dérobe la série des fascicules publiés par la compagnie… Ces ouvrages vont constituer une référence importante, un répertoire d’images déterminant pour l’œuvre dans laquelle elle s’engage dès 1970.

Annette Messager collectionne une multitude de matériaux et d’objets humbles, apparemment hétéroclites, qu’elle réunit dans des assemblages en ayant recours au collage, à la couture, au dessin et à l’écriture – pratiques qui évoquent à plus d’un titre celles de nombreux auteurs d’Art Brut. L’artiste semble en particulier intéressée par les travaux de broderie de Jeanne Tripier et de Juliette-Élisa Bataille, présentées dans l’exposition du musée des Arts décoratifs et reproduites dans les monographies. Comme elles, Annette Messager fait sienne cette activité domestique, traditionnellement assignée aux femmes, tout en en détournant et en en subvertissant les règles séculaires. Les créations à l’aiguille, nerveuses et compulsives, des deux auteurs d’Art Brut constituent notamment l’un des points d’inspiration d’une œuvre aux inscriptions cursives, intitulée Mes Ouvrages (1988).

Rencontrée à Paris en avril 2016, Annette Messager évoque avec Lucienne Peiry les machines à voler de Gustav Mesmer et les dessins d’Aloïse que l’artiste apprécie particulièrement.


RELATED POSTS